dimanche 28 septembre 2014

Le Portugal août et septembre 2014

Cette année nous avons découvert le Portugal du Nord au Sud.

Le retour s'est fait par Séville et Salamanque en Espagne







Nous avons utilisé pour la documentation:


- la carte Espagne-Portugal 2014 de chez Michelin au 1/1 000 000


- la carte Portugal 2014 au 1/1 300 000 de l'institut IGN
- pour les aires de stationnement ,la base du site Camping Car Infos sous forme de 2 versions: une téléchargée sur le NetBook et l'autre téléchargée directement dans le GPS
- Le Guide du Routard
- Le Petit Futé
- Le guide vert Michelin



Une mention très particulière à mon épouse pour les nombreuses recherches sur internet avant notre départ.


Et pendant tout le voyage grâce à ses compte-rendus, rédigés chaque soir, qui ont permis de mettre à jour ce blog.



Le départ approche




Tout est prêt... enfin presque. Les équipements utilisés pour la Scandinavie ont été remontés. Le parcours est bouclé. Il reste juste les vêtements et la nourriture à monter mais cela va le faire.
Au dernier moment le coffre sera finalement enlevé pour laisser place à la malle




















































Une modification importante a été opérée sur le lit pour le remonter de 15 cm. Cela  permettra d'emporter le matériel de camping et de plage.

Le lit avant modification
Le lit après réhausse de 15 cm


Tout le matériel de camping

De Vertou à Porto

DE VERTOU A ST JEAN de LUZ 




Mercredi 20 août

Départ de Vertou à 6 heures. En partant en milieu de semaine on espère bien ne pas avoir trop de circulation. Effectivement nous passons Bordeaux sans problème.


Nous arrivons à St Jean de Luz à 15h. La ville est en effervescence et nous en sommes surpris. L'aire CC est complète. Tant pis nous allons poursuivre. Nous faisons le tour du rond point et miracle une place se libère. Nous sautons sur l'occasion ou plutôt sur la place...

L'aire n'est pas terrible car elle est coincée entre le boulevard assez fréquenté et la ligne de chemin de fer mais elle présente l'avantage d'être à quelques minutes du centre ville.
Malgré la fatigue nous décidons d'aller flâner dans le centre ville. Nous comprenons pourquoi il y a une telle affluence, c'est la braderie.
Demain nous rejoignons la frontière portugaise. 
 616 kms ont été effectués ce jour.

DE ST JEAN DE LUZ A MIRANDA DE DOURO

Jeudi 21 août

La nuit  a été plutôt calme sur cette aire en centre ville.
Départ 8 h, nous prenons la direction de San Sébastian. Petit souci ,le GPS s'obstine à vouloir nous faire prendre l'autoroute. Pour contourner le problème nous prenons la direction d'Hernani. Le GPS nous recalcule notre itinéraire en direction de Vitoria Gasteiz. Nous sommes obligés de faire un détour car la route qui mène à Burgos est fermée en raison de gros travaux pour la mettre en "autoroute".
Sur cette petite route nous nous arrêtons sur une petite aire pour faire une pause-déjeuner. Une source coule tranquillement avec une jolie fontaine ornée d'une tête de bélier



Les marcheurs se rendant à St Jacques de Compostelle cheminent le long de la route.
Nous traversons Burgos, Valladolid et Zamora  sans aucun problème.
Nous arrivons à 17h (heure française) à Miranda de Douro à deux pas de la frontière espagnole.
Nous nous garons sur le parking de l'université  désertée par les étudiants à cette période de l'année. Ce parking est parfait car très proche du centre ville.


Concernant l'heure,il faut savoir que le Portugal n'a pas adopté l'heure d'été ou d'hiver ce qui entraîne une heure de décalage. Une montre sera à l'heure portugaise soit 16h.


La ville n'est pas bien grande car juchée sur un promontoire qui domine un barrage sur le Douro.



Nous visitons la cathédrale et déambulons dans les rues piétonnes. Les magasins proposent du linge, des articles de liège , de la coutellerie et du vin. C'est dans le nord du Portugal qu'il faut faire ses achats moins chers que dans le Sud.











Autour du château il y a de nombreux stands avec ces mêmes spécialités. C'est la semaine de Santa Barbara avec, le soir, musiques régionales et concerts.

Si le temps était couvert ce matin, le ciel, en cette fin d'après-midi, s' est dégagé. Il fait même chaud 27°.
559 kms ont été effectués ce jour

DE MIRANDA DO DOURO A BRAGANCA






Vendredi 22 août


Le parking de l'université étant un peu à l'écart du centre ville, la nuit fut calme et très reposante.
Le temps est très couvert mais il fait doux (19°)
Nous quittons Miranda de Douro direction Bragança. Vimosio,nous bifurquons par la route N218. Le paysage ressemble au maquis corse.







 Nous nous arrêtons au sanctuaire de Sao Bartolomeu. Nous empruntons une petite route sur plusieurs kilomètres. Le sanctuaire est composé de 2 grosses chapelles et de 7 petites. Le dimanche précédant notre arrivée les reliques du saint ont été transférées,en procession, de la chapelle initiale à la nouvelle.
En contrebas de la vieille chapelle coule une source d'eau potable ,une dame est d'ailleurs en train de remplir plusieurs bidons.
Il est certainement possible d'y bivouaquer en toute tranquillité.

La nouvelle chapelle
Vue de la vieille chapelle









La vieille chapelle

En traversant le village d'Argozelo nous sommes bloqués par un troupeau de vaches. Un cheval est entravé près de la fontaine du village. Un boulanger de passage klaxonne pour appeler ses clients. Le village semble être loin du monde moderne.


Nous arrivons tranquillement au pied du château de Bragança sur l'aire réservée aux CC.
Il reste encore beaucoup d'emplacements. Nous choisissons un emplacement ombragé.
0n s'accorde une petite sieste après le repas et nous entreprenons la visite du château et de son musée militaire.








































Nous visitons également l'église et  la vieille ville. Tout est fermé à cause d'une procession religieuse qui va se dérouler le soir. 




La statue de la sainte


Le ciel s'est dégagé ,il fait 28°
97 kms ont été effectués ce jour


DE BRAGANCA A LINDOSO

 






Samedi 23 août



Cette nuit il a fait frais, nous avons mis un duvet supplémentaire. Départ 9h après avoir fait les services. Le ciel est bleu il fait 17°. Arrêt à la sortie de la ville au Continente pour faire quelques courses. Nous prenons la
 N 1O3 plutôt que l’IP4 pour admirer les paysages du Parque du Montesinho.





















Nous arrivons à Chaves. Nous comptions nous garer près des thermes mais il y a une fête romaine. Finalement nous nous garons au pied du château, c’est gratuit le week. 


Nous mangeons au restaurant  Adega O Faustina (installé dans une ancienne cave à vins) dans la vieille ville. Nous goûtons au jambon Presunto ainsi qu’aux saucisses alheira faites de mie de pain, d’ail, de porc  ou de poulet. 




 Nous visitons l’église Matriz et ses azuleros 














































Après la visite nous assistons à une fête romaine ,eh oui les romains ont aussi envahi le Portugal.Les gens d'ici ont l'air de se régaler ...





Puis nous reprenons la route dans l'après-midi. Il fait 33°. Direction Lindoso. 
En chemin nous assistons à un incendie et au ballet des avions. Heureusement pour nous,la route n'est pas coupée par la fumée.







































 La route semble interminable vers Gérès, des lacets et encore des lacets. Nous voulions passer la nuit près du stade de foot mais il y a des buvettes, beaucoup de monde et de bruit. Nous reprenons le fourgon. Nous passons en Espagne sans nous en apercevoir et repassons au Portugal juste avant Lindoso que nous atteignons enfin à 2Oh. Il fait encore 26°.

245 kms ont été effectués ce jour


DE LINDOSO A BRAGA


Dimanche 24 août

L'aire(N° 15818) est au pied du château, un peu à l'écart du village. Comme nous étions les seuls la nuit fut très calme.




Ce matin nous visitons les greniers à grains (les espigueiros) qui se situent dans le centre du village et qui ressemblent à des tombeaux de pierre.


Le château ,avec sa grosse tour de guet, peut être visité mais le week-end. Seules les fortifications sont libres d'accès.




Nous allons ensuite à Ponte Da Barca, petite ville qui se réveille de la fête de la veille. Les gens ont campé sur les bords de l’eau. On effectue une visite rapide de la ville.
























Nous poursuivons par Ponte De Lima où nous déambulons parmi une foule dense car c’est la fête des artisans qui exposent sur les bords de l’eau là aussi. Petit tour aussi sur le pont romain, l’église et quelques rues piétonnes.





Normalement l'aire réservée aux CC

Nous prenons la direction de Braga, une chance, nous trouvons une place juste en centre ville. Il n'y a pas grand-chose d’ouvert en ce dimanche après-midi,à part la cathédrale et ses superbes orgues.




Nous assistons sur la place de la République à des chants et danses folkloriques, vraiment très bien. Cette envie de faire la fête,tous ensemble, est très caractéristique du peuple portugais. 






Une autre constante du Portugal, c'est ces fontaines avec de l'eau à profusion du nord au sud du pays.
Petit arrêt à la Frigideiras do Cantinho (guide du Routard) pour goûter à cette spécialité de friand à la viande plus une petite bière à 1.10 € et un café crème à 0.90 € .



On termine la soirée par le sanctuaire de Bom Jesus et son escalier monumental de 577 marches ponctué de sculptures et de fontaines. Pour ce soir nous en ferons la moitié et demain nous prendrons " l’élévator."






Bivouac sur le petit parking de" l' élévator" qui devient calme après 18h ,heure de fin de service. En cette période de l 'année il n'y a aucun souci.
Nous n'avons pas voulu nous arrêter sur le premier parking car des tables et des bancs permettent le pique-nique et de ce côté là les Portugais en profitent bien jusqu'à très tard dans la nuit....
Il  fait 28°
82 kms ont été effectués ce jour

DE BRAGA A PESO DA REGUA



Lundi  25 août


,le ciel est nuageux. 9 h départ par "l’ Elevator",  wagon de bois qui nous monte jusqu’en haut du sanctuaire pour 2€ A/R.


1




















Le principe de cet élévateur est simple. Sous chaque wagon,il y a un gros réservoir. Le wagon du haut est lesté d'une bonne centaine de litres d'eau et du coup il peut faire remonter celui du bas et ainsi de suite...


 L’église est à l’image de l’escalier, derrière l’autel des énormes sculptures représentant la crucifixion.






Redescente par le même chemin. Réparation de fortune du coffre à gaz car j'ai glissé sur le marchepied et arraché le dossier. Plus de peur que de mal.


A 11 h nous  partons  à Guimarès, toujours par la nationale. Nous trouvons  à nous garer assez facilement. Il fait super lourd 35°, nous rasons les murs jusqu’au centre ville. Belle ville médiévale avec son lacis de ruelles, ses maisons gothiques bien alignées  à balcons  de fer forgé. Cette ville fut la première capitale du royaume portugais.






Retour au fourgon. Déjeuner rapide avant de poursuivre par Amarante où nous nous garons sur un parking de supermarché faute de mieux puis marche à pied jusqu’ au tout petit centre ville. Il n' y a  grand-chose à voir si ce n’est l’église avec le tombeau de Sao Gonçalo, le cloître et ses confessionnaux.





Petit arrêt sur le pont romain enjambant le rio Tamega.
Nous devons absolument faire les services, nous nous arrêtons à Peso da Regua sur l’aire cci 24459 complètement rénovée avec eau, électricité et EU sur l’emplacement pour 3€/nuit. Nous y resterons 2 nuits. Cette aire, un peu à l'écart de la ville, se trouve sur les bords même du Douro et au pied d'un pont routier. Les abords n'ont pas été aménagés. Dommage!
Autre chose intéressante concernant cette aire il est possible d'avoir la clef, lorsque l'on reste plusieurs jours, qui permet de remonter une barrière qui interdit l'accès à l'emplacement. La région peut donc être visitée en toute tranquillité.


La grille centrale permet la vidange E.U


Vue de 2 emplacements avec barrières relevées


Vue de l'aire de l'autre côté du fleuve
  107 kms ont été effectués ce jour


PESO DA REGUA A PINHAO A PESO DA REGUA




Mardi 26 août

La nuit fût bien tranquille au pied des deux ponts qui enjambent le Douro. A 9h nous sommes prêts. Nous longeons le Douro jusqu’à Pinhao.
A la sortie de Peso da Regua un  barrage permet de réguler le cours du Douro et de fournir de l'électricité. Grâce à un énorme bief les bateaux de tourisme peuvent remonter le fleuve jusqu'à Pinhao.





















 De chaque côté du fleuve, en espaliers sur des murets de pierres, s’étagent les vignes de raisin noir qui serviront à faire le Porto. En effet, une partie de la récolte sera descendue sur la ville de Porto pour y être assemblée avec de l'eau de vie pour y faire du.... Porto.













 Les « Quintas » défilent (c’est comme les « châteaux » dans le bordelais).


































A
 Pinhao les bateaux attendent les touristes pour une balade sur le Douro. Il n'y a pas grand-chose à voir si ce n’est la gare et sa façade d’azulejos. 



50 kms ont été effectués ce jour.


PESO DA REGA A PORTO



Mercredi 27 août

Après une nuit tranquille nous rendons les clés.
Derniers services et c’est parti pour un peu plus de trois interminables heures. La  N 108 longe le Douro dans le meilleur des cas mais le plus souvent fait  des incursions dans la campagne et vignobles environnants  et tournicote en traversant de petits villages. Nous sommes un peu déçus de ne pas longer le fleuve plus souvent.
































PORTO

Mercredi 27 août

A 11h45 nous atteignons enfin Porto.Pour rejoindre les quais où se trouvent tous les chais,il faut franchir le Douro par le pont Luis I, dit Pont Eiffel. Les voitures passent en bas, le train  en haut.



A ce moment de la journée,la circulation est relativement calme ,mais malgré cela,le trafic sur le pont est rythmé par la police à chaque extrémité du pont







































 





Nous essayons de nous garer sur l’unique rue qui borde les quais. Sans succès. Nous faisons demi-tour. Je me gare sur un endroit interdit le temps que Brigitte aille à l’office de tourisme prendre les renseignements concernant le stationnement et les transports. Mon dieu! 20 minutes que c'est long. Ouf,à part quelques coups de klaxons intempestifs, on a les renseignements.

 Il y aurait un parking par derrière les chais. Aidés du plan nous nous emmanchons dans une petite ruelle mais des voitures mal stationnées nous empêchent de tourner au bon endroit. Nous sommes obligés de continuer et de redescendre vers les quais par une ruelle minuscule. Un portugais ,bien gentiment, nous indique que nous pouvons y aller sans problème, il nous fait même la circulation. A un moment le GPS nous indique une alerte pour passage trop étroit. Effectivement je suis obligé de rabattre mes rétroviseurs et je passe au millimètre entre les maisons et les voitures. On a attrapé une bonne suée et on se dit que, dans ces moments là, il fait bon d'être seul et non en convoi de CC.

Nous voilà de nouveau sur les quais et miracle une place se libère. C’est 0.75 € de l’heure, maximum 2h.



 Nous voulions visiter les caves Wiese and Krohn mais elles sont fermées le midi. Nous visitons à la place les caves Calem avec une visite guidée en français très intéressante puis une dégustation d’un porto blanc ½ sec et un Porto rouge tawny. La bouteille de blanc se conserve 1 an fermé 4 mois ouvert.























Nous déambulons un peu sur les quais. Il fait beau et chaud.






 Une carte de transport Andante coûte  0.50 €/personne ensuite on achète le nombre de tickets de bus qu’on veut. On  achète 2 tickets/personne. La carte est rechargée. Quand elle est vide on peut la recharger dans des kiosques à journaux où dans les stations de métro.

 Nous reprenons le fourgon pour aller au bord de la mer au camping Salgueiros à 20 mn de Porto. L'accueil est sympathique, c'est 10.81 €/nuit avec électricité. Nous faisons un peu de lessive, un peu de cuisine et nous mangeons dehors ..Juste une information,ce camping n'est pas équipé, au niveau de l'électricité, de prise européenne. Ils m'ont gentiment prêté un adaptateur et une rallonge électrique. 
Le temps fraîchit vite. A 20h il ne fait plus que 23°.
Petit essai de télé qui fonctionne : miracle, miracle.

 129 kms ont été effectués ce jour

Jeudi 28 août

La nuit a été courte à cause d'un CC espagnol stationné juste à côté. J'ai dû me lever vers 1h du matin pour leur dire de faire un peu moins de bruit. Les joies du camping en somme!!!!!
 Il a plu cette nuit et le ciel est brouillé. Nous partons avec polaires et parapluies par le bus 15 à la porte du camping et arrivons 20 mn plus tard place Batalha en plein centre.
 Nous commençons par la gare Sao Bento et ses azuleros, la cathédrale, l’église Santa Clara, le pont Luis 1er, le quartier de la Ribeira et ses quais.


La gare SAO BENTO et ses azuleros


Vue de la cathédrale
Le choeur de la cathédrale


Le pilori de la cathédrale


Le choeur de Santa Clara 
Les quais 


Vue de Porto du pont Luis I dit Eiffel


Une ruelle de la Ribeira

N'est-elle pas belle ma voiture à pédales ?



Nous prenons un petit café en terrasse car le soleil est arrivé. Puis nous nous perdons dans les ruelles de la Ribeira et repartons vers la ville basse pour manger dans un petit restaurant recommandé par le Routard : le Novo Mundo. Soupe, plat (petits poulpes frits pour moi et poisson pour Brigitte avec pommes de terre frites en chips, riz, salade) et en dessert au choix mousse au chocolat ou salade de fruits. Café, vin et pain. Le tout pour 13,30 € pour nous deux ! Et c’était excellent, bien meilleur qu’à Chaves.





Nous poursuivons notre visite par un magasin  avec du mobilier ancien en bois, la librairie Livo mais pas le droit de photographier, l’église des carmélites, le marché Bolhao et enfin la rue commerçante Santa Catarina où nous prenons un Pasteis Nata et une bière avant de reprendre le bus jusqu’au camping.


Magasin au mobilier ancien
Au marche Bolhao


Vue d'une rue jouxtant la gare,il y a  encore du travail....


 Et on n'oublie pas la vitesse même dans les petites ruelles ...il fallait le faire en mettant un radar


Une mention très particulière pour les chauffeurs de bus qui,malgré l'étroitesse des rues,conduisent pratiquement le pied au plancher. Les piétons ne s'en émeuvent pas plus que cela, par habitude.

  
Le temps s’est recouvert et nous arrivons avec la pluie. Il fait tout juste 20°.
La journée a été bien remplie aussi douche, préparation du fourgon et dodo.


De Porto à Lisbonne





DE PORTO A COIMBRA





Vendredi 29 août

Grasse matinée aujourd’hui : nous nous réveillons à 8h30 ! Le temps est revenu au beau, il fait 17°. Nous quittons le camping, passage au Lidl d’à côté et nous prenons vraiment la route à 11h30 direction Aveiro. Nous allons directement sur l’aire de service qui a le seul mérite d’être en centre ville car nous sommes garés sous le pont de l’autoroute mais à l’ombre.


La ville est traversée de canaux comme à Venise et les Moliceiros (anciens bateaux transportant le sel ou les algues) ornés de fresques paillardes, accueillent les touristes pour des balades. Nous faisons de même : 45 mn pour 8 €. 





Nous ne regrettons pas car la balade est très instructive et nous découvrons Aveiro sous un autre jour.
Puis petite promenade à travers les ruelles piétonnes. Nous mangeons des Ovos Moles, jaune d’œuf battu avec du sucre et moulé dans du pain azyme, le tout légèrement cuit.C'est très très riche, un seul nous suffit.











La région d'Aveiro produit du sel marin et le paysage se trouve donc façonné par les salines et les monticules de sel.








































Nous reprenons le fourgon pour Costa Nova, le bord de mer d’Aveiro, où nous cherchons l’aire un bout de temps, les coordonnées GPS n’étant pas exactes. Finalement, le hasard faisant bien les choses, nous prenons la 2ème aire qui est au bord de la plage et nettement plus agréable car, sans services, donc moins de va-et-vient.






Nous partons voir le front de mer qui longe la lagune. Belle promenade aménagée avec le long ces maisons à rayures jaune, vert, bleu, rouge si typiques de cette ville.






 Petit arrêt chez le glacier Rimini recommandé par le Routard. Très bof bof, Les glaces ont des morceaux d'eau glacée à l’intérieur. Du décongelé, recongelé quoi.
 Puis arrêt au marché aux poissons qui a lieu toute la journée. C’est énorme à voir : des dizaines d’étals avec des sardines, des anguilles, des crevettes, des crabes et toutes sortes de poissons. 





A gauche des petites baies blanches qui poussent dans les dunes






 




















Nous achetons des pouces-pieds, sorte de petit tuyau terminé par un ongle comme un pouce de pied. On dévisse la tige et on sort la bête comme on le ferait avec un bigorneau. C’est très salé et très bon.
Nous achetons aussi un sachet de graines de lupins qui marinent dans de l’eau et qu’on prend à l’apéro.
Nous rentrons vite car à 19h il commence à faire bien frais d’autant que le vent souffle assez fort. Nous mangeons avec plaisir nos courses locales.
Les pouce-pieds et les lupins

 95 kms ont été effectués ce jour.

Samedi 30 août

 Ce matin il fait 25° et il pleuviote. Nous prenons la petite route des plages. 
Premier arrêt à Praia de Vagueira, puis celle de Gafanha do Aero très bien aménagée.

Gafanha do Areo
                                                                                                                   
Nous n'avons pas pu nous arrêter à Praia de Mira ,faute de place de stationnement
 Nous traversons Quiaios  pour monter à Cabo Mondego. Nous espérions un beau point de vue sur la baie mais c’est une cimenterie à ciel ouvert,  qui se déverse dans la mer, qui nous attend. 






















En haut le phare mais la végétation nous empêche de voir la mer. Grosse déception.
Nous continuons jusqu’à Buarcos, ville balnéaire. Nous déjeunons face à la mer.  Il fait soleil 25°mais il y a beaucoup de vent. Nous supportons la polaire.





Pourtant sur la plage il y a beaucoup de monde, Il ne fait pas chaud, il est difficile de se baigner tant la mer est dangereuse et pourtant ils arrivent de très bonne heure sur la plage avec pare-vents et parasols.


Le Portugal étant le paradis des surfeurs il n'est pas rare de croiser ce genre d'habitation à roulettes:















Puis nous longeons la mer jusqu’à Figueiras de Foz. Ville sans grand intérêt.
Nous reprenons le fourgon jusqu’à Costa de Lavos à une dizaine de kms au sud où nous allons passer la nuit sur l’aire pratiquement face à la mer.

Les piquets sont des restes d'abris pour le soleil
Les  pêcheurs vendent leur pêche directement sur la plage




Au détour d'une ruelle : des chiens sur un toit...



 85 kms ont été effectués ce jour

Dimanche 31 août

Départ pour Coimbra, il fait 16° et nous sommes dans la brume. Le GPS nous fait passer par de petites routes bordées de champs de mais. Nous trouvons facilement l’aire CC sur la rive sud. Il est déjà  9h15  et  nous partons immédiatement pour l’université car normalement il fallait réserver.
L'université de Coimbra est une des 4 plus vieilles universités en Europe après Oxford,La Sorbonne et Salamanque. Sa création date de 1290.


Nous avons le pass pour 10h, nous n’aurons pas longtemps à attendre. La bibliothèque Joanine est de toute beauté. Elle est composée de trois salles de différentes couleurs  avec des rayonnages jusqu’au plafond peint. Malheureusement il est interdit de prendre des photos dans toute l’université.


Photo obtenue à partir d'une carte postale


 Une anecdote concernant la bibliothèque: les livres sont protégés des insectes bibliophages par des chauves-souris qui pénètrent la nuit, par des orifices aménagés dans la construction.
Puis nous visitons la chapelle et son orgue et enfin le bâtiment des salles de soutenance, rois du Portugal, recteurs de l’université etc…

L'uniforme des étudiants est le même depuis 1290


 l'université


Les toits de Coimbra

Notre billet est couplé avec le bâtiment des Sciences où différentes expériences sur la vision, l’air …. sont  possibles.




Mon premier cours en tant que prof...'


Nous finissons par une expo temporaire sur la chine d’autrefois du temps des comptoirs de Macao.
Nous passons ensuite devant les églises Nova et Velha, l’entrée est payante comme tout d’ailleurs à Coimbra. Nous avons du mal à trouver un restaurant ouvert le dimanche car tout est fermé même les magasins des rues piétonnes.
Finalement nous trouvons un restaurant minuscule, rue Das Ras,  fait pour les habitués. Nous prenons un plat de Bacalhau frite avec du riz et des haricots rouges en sauce plus un pichet de 50cl de vin blanc un peu pétillant, le tout pour 12 € pour nous deux.

Nous retournons au fourgon, prenons nos affaires et allons au parc à côté faire une petite sieste car il fait 33° maintenant.

Douche bienvenue et on capte donc ce sera soirée internet.



 55 kms ont été effectués ce jour


DE COIMBRA A AGODIM




Lundi 1er Septembre

Nous partons pour les ruines de Conimbriga, site romain à 2kms environ de Condeixa-a-Nova, occupé depuis l’âge de fer et qui fut un oppidum romain de très grande importance. Le site est vaste et un des mieux conservés de la péninsule ibérique. Nous y passons la matinée tellement c'est intéressant.























Déjeuner dans le fourgon, petite sieste car il fait très,très chaud.




Nous faisons une halte chez des cousins qui passent plusieurs mois à Agodim.





Mardi 2 septembre

Nous partons tous les quatre pour Fatima voir le sanctuaire. C’est un lieu de pélérinage important pour les portugais tout comme Lourdes pour les français. Nous commençons par le chemin de croix qui serpente à travers les oliviers. Déjà quelques groupes de fidèles de différentes nationalités s’arrêtent en priant aux différentes stations.



La nouvelle basilique de 8633 sièges sans aucun pilier
 Nous visitons ensuite les basiliques l’ancienne et la nouvelle toute ronde dont les mosaiques intérieures sont dorées à la feuille d’or.

Nous sommes en dehors de la période des pélérinages mais nous imaginons ce que cela doit être quand le parvis entre les 2 basiliques, est envahi par les fidèles.
Il fait déjà très chaud et pourtant des fidèles traversent cette grande place sur les genoux.





















C’est aussi impressionnant de voir le feu qui brûle toute la journée grâce aux cierges et  organes de cire achetés par les fidèles. 




les cierges sont jetés au feu


Surprenant n'est ce pas ?









 










Il Il fait 38° c’est la journée la plus chaude depuis que nous sommes au Portugal.

Nous reprenons la voiture pour Tomar à 1heure de route à l’est de Fatima.
Nous déjeunons dans un restaurant du centre avant d’aller visiter le Convento do Cristo. Cette forteresse du XII ième  siècle a été érigée et occupée  pendant 2OO ans par les templiers. En effet, après avoir été massacrés en France, le Portugal accueillait les rescapés avec leurs richesses.


On pourrait y passer une journée tant il y a de détails dans chaque salle et cloître. Nous visitons les cellules, le réfectoire, les cuisines, les cloîtres des moines. Tout est immense, démesuré.





Le prix d’entrée est de 6 €/pers 








DE AGODIM A NAZARE




Mercredi  3 septembre

Nous quittons nos hôtes  pour le monastère de Batalha. Nous visitons l’église, les cloîtres et différentes salles du monastère.













Au hasard d'une salle,quelque chose d'inimaginable en France où le religieux est bien séparé du profane,on a assisté à une relève de la garde car l'édifice abrite un monument aux morts tombés pour le pays.







Puis nous visitons dans la foulée le monastère royal d’Alcobaça avec les tombeaux  d’Inès de Castro et Dom Pedro.
Une anecdote concernant Inès de Castro: c'est certainement la seule reine au monde qui fut couronnée trois ans après sa mort. La cour a dû venir lui baiser la main (enfin ce qui devait en rester).





Nous finissons enfin notre journée à Nazaré où nous montons directement sur le parking de Sitio. De la falaise nous voyons toute la ville.


Nous prenons le funiculaire pour descendre dans la ville 2.4O €/personne AR . Nous déambulons sur le front de mer. Les boutiques sont très animées. Toujours les mêmes objets, souvenirs du pays : tissus, objets en bois, céramiques…. Les portugaises en habit noir, tablier de couleur et foulard essayent de louer des chambres.
 D’autres vendent de petits poissons qui sèchent  sur des filets comme en Norvège.







Nous dînons d’une assiette de coques à la tomate, spécialité de Nazaré ainsi, d’ailleurs, que tous les coquillages et poissons. (14 € pour nous deux)



Nous remontons par le funiculaire et passons jeter un coup d’œil à l’église de Sitio dont l’intérieur  recèle des azuleros.






















DE NAZARE A PENICHE







Jeudi 4 septembre



Nous nous réveillons dans la brume. Nous qui espérions prendre le petit déj  face à Nazaré c’est raté.
Il fait doux 19°, nous partons pour Sao Martinho do Porto, charmante ville balnéaire et surtout presque pas de vent car elle est encaissée  dans un goulet.



Puis direction Obidos, (aire CCI n°3987) superbe ville médiévale qui a su mettre en valeur ses remparts et son centre historique. C’est Carcassonne en beaucoup plus petit. Nous buvons un verre de ginjinha, spécialité locale. C’est un alcool de cerises servi dans un gobelet en chocolat. Délicieux!



































On fait les services, on met 2 € dans la boite aux lettres, et nous voilà partis pour le Lagoa (lagune) de Obidos. C’est une petite mer intérieure soumise au flux et reflux de l’Atlantique. Belles plages, eau peu profonde environ 50 cm. Nous y passons une heure ….de sieste.
Si on revient par là, il faut mieux aller de l’autre côté de l’embouchure à Foz de Arelho ; il semble que la mer y soit plus profonde et qu’il y ait un peu plus de vie.








































Nous continuons notre descente à travers les pinèdes, belles maisons et golf du Lagoa et reprenons la nationale jusqu’à Péniche. (aire n° 19290 face au canal et aux remparts)

La ville ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Le port de pêche est très petit, une seule rue commerçante et des remparts qui ceinturent la ville. On aurait pu se passer de cette étape.


vue du bivouac
 231 kms ont été effectués depuis Coimbra



DE PENICHE A SINTRA





Vendredi 5 septembre

La nuit a été calme.Il fait 18°. 
Nous partons pour Mafra et son palais-monastère. 
Ce palais n'était pas prévu au programme mais, lors de notre arrêt à Peso de Regua, celui-ci nous avait été vivement recommandé par un autre fourgonneux en Fortyvan également.
 Le parcmètre nous coute 0.60 € pour 2 heures !  L'entrée coûte  6 € .


Ce Palacio a été construit  au 18ème siècle  par un architecte prussien sur ordre de Joao  V puis ce fut une résidence d’été des rois portugais. On y visite aussi l’hospice des moines et sa série de chambres–couchettes, d’infirmerie, de cuisines….




un couloir














 la bibliothèque

















 

































La cathédrale de marbre est en réfection et non visitable actuellement. Tout est  en marbre. C’ est vraiment magnifique. Nous passons deux heures à  parcourir les différentes ailes de ce palais mais ça vaut le coup.

Nous reprenons le fourgon pour nous rendre sur la côte à une heure de Mafra, à Azenhas do Mar. Les maisons blanches de ce village sont accrochées à la falaise. Nous voulions nous baigner dans une piscine naturelle d’eau de mer mais la falaise est en pleine consolidation et nous ne pouvons pas approcher.

moulin à huile entraîné par  l'eau


en bas du village ,la piscine d'eau de mer

Nous déjeunons face à la mer sur un miradouro  (point de vue) à la sortie du village.



Sur les collines aux alentours trônent de nombreux moulins à vents. Avec le ciel bleu on a l'impression d'être en Grèce.







Puis nous  allons à Cabo de Roca, qui est le point le plus occidental de l’Europe. Beaucoup de cars de touristes dont des japonais, on a l'impression d'être au Cap Nord : même soleil mais avec la chaleur en plus.










Nous longeons, ensuite, la côte et ses belles  plages : praia de Maças, praia Grande, praia do Guincho  jusqu’à Cascais.
Nous avons bien du mal à nous garer car c’est très touristique et qu’il y a une fête ce week-end. Visite du  musée des comtes de Condes Castro Guimaraes.







Nous découvrons de beaux meubles de style indo-portugais ainsi que les appartements et bibliothèques des comtes. Nous revenons au fourgon en traversant leur parc, magnifique lui-aussi.















eux aussi viennent de Nantes
Notre dernière étape du jour sera Sintra à une vingtaine de kilomètres.
 Nous allons directement sur l’aire cci n° 19285 qui est en bas de la ville près du Palacio National.



 Nous n’avons pas le courage de visiter un autre palais qui ressemblera fort à Mafra, aussi nous nous contentons de flâner dans les ruelles commerçantes de la ville.














Brigitte, comme tous les soirs, rédige le compte-rendu  et prépare le circuit de demain et moi je fais la vaisselle !
A 23 heures, il fait encore 22°.

 141 kms ont été effectués ce jour

DE SINTRA A LISBONNE





Samedi  6 Septembre

6h30, la nuit a été pluvieuse et le lever difficile mais nous voulons arriver de bonne heure à Lisbonne. Nous roulons avec un brouillard très épais et on a peine à voir. A 8 h nous arrivons au camping Lisboa.



LISBONNE



Samedi  6 Septembre


A 8 h nous sommes au camping Lisboa, le seul de Lisbonne, et procédons aux formalités d'entrée.
Photocopies de nos cartes d’identité, ils gardent ma carte camping-chèques et nous nous installons au E 60 non loin des sanitaires.























Nous sommes à 8h45 à l’arrêt de bus 714 qui se situe sur la droite en sortant du camping à environ 150 mètres. il faut traverser la route pour partir dans le bons sens.

Nous attendons, attendons, attendons. Au bout d’une heure nous voyons passer des cyclistes et joggeurs. En fait c’est une course familiale organisée par Décathlon et les accès à notre route sont fermés grrrr....
Il est déjà 10h, il faut qu'on se débrouille ! Un bus, le 750,  passe non loin, nous le prenons jusqu’à son terminus : Algès. Nous demandons notre chemin et de là nous prenons le tram 15 pour praça Figueira. Nous aurons mis 45 mn pour y aller. 

Il ne faut pas compter sur la réception du camping pour avoir des renseignements, c’est le strict minimum. Même pas un plan de Lisbonne, les horaires de bus. Rien !

Nous allons chercher notre carte de transport viagem 7 collinas qui nous coûte 6.50 €/pers pour une durée de 24 heures en voyages illimités.

Nous décidons de ne pas faire de musées et palacios mais de nous balader. Nous commençons par le marché de fripes à Santa Clara, dans le quartier de l'Alfama, et  qui est en fait un  vaste vide-grenier.

























Nous nous prenons deux belles averses, heureusement que les vendeurs ont des parasols. Nous empruntons des escaliers, des ruelles qui montent où qui descendent.












Nous déjeunons dans un petit restaurant de quartier 6.50 €/pers d’une daurade,pommes de terre pour Brigitte et d’un travers de porc bouilli, frites et riz pour moi , pain ,  50 cl de vin blanc et avec en dessert du riz au lait au citron et une sorte de dessert maison avec un mélange de lait concentré sucré, gâteau sec et une crème par-dessus ; un peu écoeurant.
Il pleut durant notre repas mais , la chance, le soleil revient à notre sortie.


Nous déambulons de nouveau dans l'Alfama jusqu'au bord du Tage. La grande place Comercio nous attend pour un petit café en terrasse et une glace à la cerise,  avant d’emprunter les rues piétonnes Augusta, Libertade et Santo Antao.







 


Nous prenons notre bus Praça Figueira. Nous compostons notre carte qui sera valable jusqu’à demain même heure. Cette fois-ci pas de problème pour arriver au camping avec le bus 714.






Dimanche 7 septembre

Aujourd'hui nous prenons le célèbre tram 28, antique wagon de bois,  qui fait le tour des quartiers de Lisbonne. Il est 8h15 et nous ne sommes pas nombreux, nous pouvons nous asseoir, ouvrir les vitres et prendre des photos. C’est ce que nous voulions car dans la journée le tram est plus que bondé.
Le tram circule dans des ruelles très étroites et pentues.

 







les voitures utilisent aussi les voies du tramway


















































Nous traversons différents quartiers




Le tramway passe devant le palais présidentiel



Nous nous arrêtons à Belem manger un pasteis Nata à LA  patisserie de Belem ,une institution de Lisbonne.
C’est toute une histoire de voir cette queue sur le trottoir pour acheter cette tartelette de pâte feuilletée remplie de flan. Nous entrons dans les salles, car il y en a plusieurs. Tout est complet. Nous attendons notre tour. Enfin une table se libère et nous pouvons déguster nos pasteis avec un café. 






Nous visitons ensuite le musée des carrosses, juste à côté.  Tous les carrosses royaux sont exposés ainsi que les habits des laquais. Le dimanche matin l’entrée est gratuite.















 



           





















 Nous traversons le boulevard  pour nous rendre sur le quai de  Belem  voir le monument des découvreurs, personnages tournés vers la mer avec Henri le Navigateur en tête. 


































Nous continuons sur les quais vers la tour Belem que nous ne pourrons pas visiter car il y a trop de monde à cause de la gratuité du dimanche matin.
Une attraction qui attire beaucoup de touristes, c'est une balade sur le Tage ,en camion amphibie.






















Non loin de là se tient un marché de produits artisanaux. Nous dégustons des sandwiches de chorizo portugais chauds. Le chorizo est réchauffé sur des petits braseros.



































Nous voici devant le monastère Dos Jéronimos. Là aussi l'attente est de plusieurs heures. Cet édifice, comme beaucoup au Portugal, a été édifié grâce aux richesses rapportées par les navigateurs portugais. Il abrite plusieurs sépultures royales de la dynastie portugaise.







Nous reprenons un bus qui nous laisse à Cais Sodre. Nous longeons les quais, par la voie  piétonne aménagée, jusqu’ à la place du Commerce.



Notre reflet sur un bâtiment de verre





Puis nous déambulons dans les rues des quartiers Baixa, Chiado et  Bairro Alto.
















































 "l’elevador" de Santa Justa est un ascenseur  avec une cabine de bois qui monte au dessus des toits du quartier. Malheureusement le sommet est en réparation et c'est difficile de faire de belles photos.




















Ensuite nous prenons les funiculaires de  Bica et de Gloria. Il en existe dans différents quartiers.
Le funiculaire est un wagon, de bois assez souvent, qui monte et descend la même rue.
Avec notre pass  24h c'est gratuit sinon le trajet varie entre 3 et 5 €.






.



























Vous pensez que les wagons sont tagués. Non, vous n'y êtes pas, c'est du "street art" comme ils disent dans les milieux branchés, tout comme ceci:





























Nous rentrons au camping bien fatigués mais heureux d'avoir visiter cette ville cosmopolite.


De Lisbonne à Espiche



DE LISBONNE A EVORA



Lundi 8 septembre

Nous nous préparons à poursuivre notre périple. Nous faisons les services, payons nos deux nuits  par camping-chèque (16x2=32 €) et partons à 10h30.
 Le GPS  nous fait passer par le Pont Vasco de Gama qui est payant mais finalement en sortant juste après le pont, sortie 3 Montijo, nous ne payons rien et nous rattrapons la nationale. (On pense que les 2 ponts sont payants  pour entrer dans Lisbonne car le péage est juste de l’autre côté)





Le pont Vasco de Gama fait une longueur de 17 Kilomètres ce qui en fait le 1er en Europe par sa longueur.




Nous nous arrêtons dans un immense centre commercial, faisons quelques courses au Continente et allons au Mac Do  pour avoir une connexion internet.
Il est déjà midi quand nous repartons sous une pluie battante. Nous trouvons gaz oil et gpl.
Nous déjeunons en route à la va-vite car le frigo ne reconnait plus le gaz.Il va falloir voir ça au plus vite.


l'endroit était agréable mais je n'ai pas eu le temps d'apprécier


Nous arrivons à Arraiolos.
Je m’occupe du gaz et Brigitte va voir la petite église et ce qui reste du château du 
XIV ième siècle. Par contre les remparts sont pratiquement intacts. Belle vue sur la ville.

























Ca y est, la panne a été trouvée : Il suffisait de réinitialiser la commande gaz en le faisant repasser par les autres énergies. Ouf !


Nous pensions repartir par le même chemin mais la rue est en sens interdit donc la seule possibilité reste la traversée du village.

Le Gps nous fait descendre par de toutes petites ruelles pavées. Il n'indique pas de problème particulier (la largeur du fourgon est paramétrée) ça passe  juste, juste car les voitures sont mal garées.


























Ce village est spécialisé dans la confection de tapis fait main.






Nous visitons un jardin de sculptures miniatures. Elles sont faites en terre cuite et peintes par l'artiste. Elles sont ensuite mises en scène : métiers, vie quotidienne, mariages, aéroport, pompiers etc…
Nous avons eu un peu de mal à le trouver car le gps ne veut rien savoir car c'est un lieu-dit qui dépend de la commune d'Arraiolos. Heureusement nous apercevons des pancartes. Nous suivons les flèches : Aldeia da Terra . .























































Nous avons le même problème gps avec les mégalithes Dos Almendres.

Pour information ce site est près du village de Nossa Senohra de Guadalupe.
Il faut prendre une piste carrossable pendant 4 kms pour atteindre une ronde de menhirs qui seraient aussi importants que ceux de Carnac.




Certains menhirs portent des gravures























Nous allons voir également  un autre menhir seul et isolé.



Encore un peu de potion magique...
Honnêtement  le site de Carnac est plus grand mais celui-ci à l'avantage d'être resté nature.

Puis nous rendons sur l’aire n° 9983 à Evora. C’est un grand parking au pied de la citadelle. On sera certainement  moins tranquille qu’au camping.



198 kms ont été effectués ce jour


DE EVORA AU BARRAGE DE MONTE DA ROCHA




Mardi 9 septembre

Nous avions un peu peur au bruit sur ce parking en pleine ville mais finalement ça été assez calme. Il fait beau, déjà 19°, nous partons visiter le centre ville ceint de remparts.


D’ abord le temple de Diane, avec ses vestiges qui laissent entrevoir un temple qui devait être de fort belles dimensions.




Puis l’ancienne université jésuite, bâtie au  milieu du XVI ième siècle.


Une dame nous fait entrer et nous déambulons, sans aucun accompagnateur, à travers les couloirs, les salles de classes, la bibliothèque de livres anciens etc…





 Certaines salles sont ornées d’azulejos. Nous croisons des élèves et des professeurs .
Nous finissons notre visite par le cloître qui s’est soudainement rempli. Nous supposons que ce sont les inscriptions car les élèves sont avec leurs parents, un dossier sous le bras.



















Ensuite, nous nous baladons dans les rues piétonnes bien animées, certaines font penser à la Rochelle avec leurs arches.












Le travail du liège


Nous nous arrêtons dans une petit pâtisserie recommandée par le Routard « confeiteria Pau de Canela », toute petite, trois tables, où nous dégustons un chocolat chaud avec un pasteis aux amandes  et  un ovos moles aux amandes également.







Nous finissons notre visite par l’église Sao Francisco et sa chapelle des ossements. L’église est en rénovation complète. Nous voyons les restaurateurs sur leurs échafaudages, travailler au plafond ou sur les sculptures.


 La capela dos Ossos est aussi en restauration. Construite au XVI ième siècle elle est recouverte de crânes et de tibias. Prix de l'entrée: 2 €.








Nous passons par Portel mais nous ne visiterons ni le village blanc ni la forteresse qui ressemblent beaucoup à Arraiolos .



Nous traversons le bas  Alantejo au  paysage désertique, rural, peu de maisons en vue.Nous nous arrêtons à Beja.





Nous voulons nous garer en centre ville mais nous aurons quelques frayeurs à passer dans les ruelles. Finalement une belle place nous attend près de la piscine. Beja ne nous laissera pas un souvenir impérissable.
Nous visitons le musée de Jorge Vieira, sculpteur natif de Beja.


Nous reprenons une dernière fois la route pour notre étape près d’Ourique au barrage  de Monte Da Rocha ,  aire cci n° 10 415.


Sur la route allant au barrage,  les poteaux sont coiffés de nids de cigognes, une vraie surprise car on croyait, bêtement, qu'elles migraient toutes en Afrique.





















L'aire 10415 se situe sur le bord même du lac. Nous ne sommes pas très rassurés de dormir au ras de l'eau aussi nous nous garons à une cinquantaine de mètres plus haut sur le parking d'un petit restaurant dont nous avons obtenu l'accord du propriétaire et chez qui nous avons pris des bières SAGRES bien sûr ( 1€ les 33 cl).

DE OURIQUE A SAGRES



Mercredi 10 septembre

Nuit très calme face au barrage. 
seul sur le parking
La retenue d'eau vue du camion










































Nous partons pour Odeceixe, charmant village qui a gardé tout son charme. 
Maisons très colorées, ruelles pavées, aucun immeuble. Nous montons tout au sommet voir un ancien moulin restauré.























Nous avons même le wifi gratuit et nous en profitons pour envoyer quelques mails.


Nous poursuivons par la praia du même nom. Nous nous garons sur un parking de terre en hauteur. D’autres camping-cars de surfeurs et autres sont disséminés un peu partout dans la lande.
Cela respire la liberté totale. Il y a quand même un prix à payer pour cette liberté, c'est de ne pas s' aventurer dans les petits bosquets qui servent de sanitaires à ciel ouvert.




 Superbe plage encadrée par les falaises. 




Les passerelles de bois  permettent de se balader en  protégeant la végétation.




Nous sentons l'orage arriver sur la mer. Nous avons juste le temps de nous réfugier dans le fourgon quand la pluie arrive avec le tonnerre. C’est la première fois que c’est aussi fort.





Nous reprenons notre route jusqu’à Carrapateira et allons à la plage de Bordeira, c’est la plage des surfeurs. Partout des  WW  sont garés.


 Là aussi des passerelles de bois. Nous passons un bon moment à regarder les surfeurs, les gens sur la plage  puis nous empruntons une piste de terre mais carrossable qui longe la mer jusqu’à la plage d’Amado. Ensuite c'est une route goudronnée.

Cette piste figure sur la carte au 1/300000 au niveau de la pointe PONTAL




Nous passons Villa Do Bispo sans nous arrêter et allons directement au bout du bout à Cabo de Sao Vicente (en chemin on voit un combi WW renversé sur la route, la police est là, les occupants sont indemnes).
Beaucoup de monde pour voir le phare et prendre des photos.
































Nous revenons sur nos pas et nous arrêtons à la plage de Beliche.







 







Nous descendons une centaine de marches pour accéder à la plage. Malheureusement pour nous, le bar de la plage est fermé et devant notre dépit, des jeunes allemands nous offrent une bière de leur glacière et nous la sirotons avec délice face à la mer.



 Nous remontons au fourgon et   nous regardons le soleil se coucher derrière le phare.  Finalement nous restons dormir sur ce parking face à la mer.
Ce n'est pas le Cap Nord mais cela y ressemble

















A votre santé


150 kms ont été effectués ce jour.

Nous avons atteint les 3000 kms depuis notre départ.


DE SAGRES A ESPICHE




Jeudi 11 septembre

   Aujourd’hui c’est relâche. Nous nous réveillons  face à la mer avec quelques WW venus nous tenir compagnie pour la nuit.
   Nous allons à Sagres voir la forteresse de loin car pas grand-chose à visiter à l’intérieur pour 3 €.







































Nous faisons les services à Intermarché à une borne Euro-relais pour 2€, jeton à prendre à la station service.
Nous repartons sur Villa Do Bispo car Sagres est une pointe.
Nous prenons la direction de Hortos Do Tabual avec la plage d’Ingrina. C'est marée basse, elle est couverte de gros cailloux pleins d’algues vertes. Pas très engageant.
Près de cette plage, il y a quelques places pour camping-car mais c'est complet. Nous continuons notre chemin et  apercevons un fourgon un peu plus haut dans la garrigue. Nous allons voir. Heureusement qu’on est en fourgon car c’est de la piste avec d’assez grosses pierres au milieu qui obligent à de nombreux slaloms.  Nous arrivons au milieu de nulle part, des buissons ça et là, de la terre rouge, et la mer en bas de la falaise mais pas facile voire impossible d’y descendre. Nous parlons avec les occupants du combi mais pas de place pour deux. 
Dépités, nous repartons et allons nous baigner un peu plus loin à la plage de Zavial .
Elle est composée d’une plage avec un restaurant et ensuite de deux petites plages mais il faut enjamber des rochers quand la marée est haute.
Nous restons sur la première plage. L'eau est bonne.

























Nous sommes installés depuis une heure environ  quand la pluie nous surprend, une bonne grosse pluie qui nous fait revenir au fourgon. 


Evidemment tout est trempé : le parasol, les serviettes et les vêtements.
Nous décidons de retourner à l’emplacement du WW de ce matin .Yes! il est libre.
Nous nous installons sur ce promontoire dominant la mer. Le point de vue est magnifique. Il n’est que 16h, nous faisons sécher les nattes,  le parasol et les serviettes et nous profitons encore de quelques heures de bronzette. 
Le fourgon de ce matin revient voir si la place est libre, et bien non et comme dit l'adage:
Qui va à la chasse perd sa place!












24 kms ont été effectués ce jour

Vendredi  12 septembre

Nous nous réveillons dans la brume. Dommage pour notre petit déjeuner face à la mer.
L’opération de recul , avec les grosses pierres et les trous, s’avère délicate pour aller récupérer le chemin, mais en y allant tout doucement ça passe. Ouf! le webasto a eu chaud. Nous déconseillons très fortement à un camping-car d'y monter.

Nous rejoignons la 125 et piquons sur Salema, charmant petite village avec  ses pêcheurs. Nous ratons encore leur retour. On voit sur le sable la trace des tracteurs qui les ont remontés. Sur la place, une fourgonnette vend des sardines. La plage de sable est encaissée entre deux falaises.

La purée de pois!!!!


Les restes de poisson ne sont pas perdus..

 Ce village s’est agrandi et de nombreuses constructions ont vu le jour à l’arrière des falaises. 


Nous poursuivons cette petite route blanche par Burgau, autre ancien village de pêcheurs maintenant très touristique, on y voit beaucoup de restaurants tenus par des anglais.

La rue principale, en sens unique, descend jusqu’à la mer (petit parking). Il faut alors longer une chaussée construite sur la plage et remonter par l’autre rue. Je ne suis pas sûr que cette chaussée soit accessible par grandes marées.









la plage est assez longue pour faire cohabiter baigneurs et pêcheurs.




















Nous nous arrêtons ensuite à Luz. C'est une petite ville très touristiques avec beaucoup, de petits immeubles qui poussent un peu partout. Beaucoup de chambres et d’appartements sont à louer. Le front de mer est très sympa avec une grande allée piétonne bordée de palmiers. Tout le long, ce ne sont que des restaurants. A l’heure où l'on passe, ils ouvrent tout juste mais le soir l'animation doit être à son comble.









  déjà du monde sur cette belle plage.





Nous reprenons le fourgon pour Espiche, là où se trouve notre campismo Yellohvillage qui prend les campingchèques et la carte Acsi.






Nous allons nous poser pour quelques jours.
Nous faisons le tour du propriétaire. Les allées sont propres ,les sanitaires comme les infrastructures autour de la piscine sont neufs et régulièrement entretenus.



Après une bonne sieste, nous allons à  la piscine. Le temps est nuageux. Il fait 26°. Nous profitons du jacuzzi à 30°.


Qu'il est bon de buller !

















27 kms ont été effectués ce jour

Samedi 13 septembre

Ce matin le ciel est brouillé. Nous nous attaquons à la lessive, au rangement du fourgon.
Nous envoyons nos mails, mettons le compte-rendu à jour... La routine quoi !
Et puis nous profitons de la piscine et du jaccuzi. Ce qui est bien en septembre c'est que nous avons les installations pour nous.

Dimanche 14 septembre

Repos dominical auprès de la piscine.
Le temps commence à se dégrader. Il a plu pendant le déjeuner et encore ce soir.
Ce soir nous allons écouter du  Fado.




Lundi 15 septembre

Il a beaucoup plu cette nuit. Il fait 20° tout de même.
Nous partons à Silves, au nord de Portimao pour voir un marché typique. Il se tient sur un grand terrain vague avec des bâches tout autour pour protéger du soleil. Tous les commerçants vendent les mêmes choses : chaussettes, culottes , t-shirts, linge de maison, quincaillerie et produits maraîchers.
Nous achetons des tomates, patates douces, oignons, melons,  du chorizo et des petits fromages de brebis.








Qui veut des beignets ?


toujours de la morue à vendre

































  












Nous repartons en longeant la plage de praia de Rocha, immense mais difficile d’accès en raison d’une toute petite route et de parkings payants sans aucune place libre d’ailleurs.


C'est une grande ville touristique avec immeubles et villas.





Nous continuons par Alvor, même topo. Nous faisons nos courses au Pingo Doce et nous rentrons au camping.

103 kms ont été effectués ce jour

Mardi 16 septembre

Encore de la pluie toute la nuit. Le temps a fraîchi. Beaucoup de campeurs partent.
Aujourd'hui ce sera repos, piscine et jaccuzi.
Nous finissons de ranger le fourgon et préparons le départ.
 On capte la télé, on en profite ce soir pour regarder les infos françaises.

D' Espiche à Altura



D'ESPICHE A PRAIA DE MOS





Mercredi 17 septembre

Cette nuit  nous avons encore eu de la pluie heureusement que tout était rentré dans le fourgon. Nous partons pour  Lagos, ville touristique de l'Algarve et notre coup de coeur dans cette région.

Nous commençons par le mercado municipal voir les étals de poissons. Les prix sont très légèrement inférieurs à chez nous.






















Nous arpentons ensuite les rues  piétonnes. Lagos est une petite ville très animée.



















Nous mangeons ensuite dans un petit restaurant, sardines grillées et calamars le tout servi avec une garniture de patates à l’eau, carottes, choux et salades.
avec un petit pichet de vin blanc. Le tout nous coûte 
15.50 €.






Nous longeons le front de mer jusqu’au fort. Ici commencent les plages encaissées dans les falaises. Celles que l’on voit sur les dépliants touristiques. 
Un chemin piétonnier non sécurisé  et un  peu casse-gueule relie ces plages par le haut de la falaise. Il faut ensuite descendre  par des escaliers de bois. Parfois, la  plage est coupée par une avancée de pierre, il y a donc un petit tunnel creusé pour accéder  à l’autre partie de la plage.























Nous revenons ensuite par le même chemin. Face au fort nous voyons un camping, manque de bol il est réservé aux militaires portugais et étrangers membres de l’Otan.

Nous flânons sur le front de mer et reprenons le fourgon pour Ponta da Piedade, prolongement de Lagos. C'est une avancée rocheuse avec au bout un phare et un parking.
C’est grandiose, les falaises découpées  forment des arches où s’engouffre la mer. Les rochers  émergent de l’eau. L’eau oscille entre le marine et le turquoise foncé.
De petits bateaux proposent la visite de ces grottes naturelles mais il faut descendre un long, très long escalier pour arriver au niveau de la mer et embarquer,  idem pour se rendre sur les plages.




















Nous finissons notre journée à la Praia de Mos, vaste étendue de sable mais une mer plutôt style atlantique avec des grosses vagues. Nous y restons une heure mais le vent se lève ainsi que les nuages. Nous rentrons au fourgon. Nous le déplaçons face à la mer et nous décidons de rester ici pour la nuit.







16 kms ont été effectués ce jour.

DE PRAIA DE MOS A PRAIA DE MARINHA



Jeudi 18 septembre

La nuit fut moins calme que prévue avec le restaurant  Antonio juste à côté mais bon, on a bien dormi quand même bercés par le bruit des vagues.
Départ pour Portimao. Nous nous garons sur le port.
Nous avons l'impression d'une ville un  peu « délabrée » ; seule la promenade le long de l’embouchure  et la placette où se  trouvent les restaurants de poissons sont sympas.
Plus loin les immeubles ont poussé pour accueillir les touristes.











Nous  allons ensuite à Carvoiero, un peu difficile à se garer car il y a une rue montante et l’autre descendante mais en s’éloignant on trouve vite de la place.
























 Nous faisons les boutiques et trouvons L’Autocollant du Portugal pour mettre sur le fourgon.
La plage est mignonne comme tout, encaissée entre deux falaises ocre jaune, surmontée de maisons bleues et blanches.
Nous déjeunons d'un breakfast anglais (servi à toute heure) fait de deux tranches de pain de mie grillées et huilées, un œuf sur le plat, une saucisse de volaille, du bacon, tomates et haricots blancs en boite plus bière et café. Total 15.18 €.



Les anglais sont nombreux dans cette ville et tiennent beaucoup de restaurants et boutiques.

Nous terminons notre journée à la plage de Marinha(qui fait partie de Lagoa, quelques kms après Carvoeiro). N 37°05’ 27’’ O 8°24’46’’. C’est une petite merveille de roches découpées, d’arches, de ponts… Un sentier piétonnier permet de longer les falaises. 

















On n’a pas envie de reprendre la route aussi nous descendons les superbes marches jusqu’à la plage, elle aussi superbe, encaissée entre ses deux falaises ocres. Les vagues sont moyennes mais pas de baignade pour nous.
Nous y restons jusqu’à ce que l’ombre des falaises nous oblige à remonter.



Nous dormons sur le parking de terre. Il n'y a pas de wifi mais on capte la télé !





 47 kms ont été effectués ce jour.




















DE PRAIA  MARINHA A FALESIA




Vendredi 19 septembre

Il a encore plu toute la nuit. Le sol est bien détrempé ce matin.
Nous nous arrêtons d’abord sur l’aire n° 19559 de Vale Rabelho, qui est très bien aménagée avec douche et piscine mais à environ 2 kms de la mer.
Nous allons ensuite voir l’aire de Praia Sao Rafael n° 6221 qui est en fait à Praia Dos Arrifes juste à côté.  Belles plages très longues avec falaises et escaliers.


























Nous arrivons ensuite à Albufeira. Grande ville avec beaucoup d'immeubles qui font vraiment HLM. Nous allons directement au centre ville nous garer sur le grand parking cci
n° 21161, c’est la rue qui descend aux rues piétonnes.
Un conseil, ne pas tenter d'aller plus loin avec le cc. Les ruelles sont trop étroites ensuite.
Ces fameuses rues piétonnes regorgent de boutiques, de restaurants, de discothèques etc… Mais  en fin de matinée, c’est plutôt tranquille.
Pour aller à la mer, il faut passer par un tunnel, car un immeuble a été construit sur le front de mer au bout de la rue donc on passe en dessous. La plage est superbe, encadrée, elle aussi, par des falaises.
Un "elevator" permet de transporter les gens qui habitent en haut de la falaise. 
































Nous flânons à travers les ruelles et finissons par manger des ribs/frites  car là aussi, il y a beaucoup d'anglais.







le vélo correspond bien au personnage
Au hasard d'une rue, un baba-cool a créé une oeuvre éphémère à base de sable:











N


ous  reprenons la route pour quelques kilomètres et nous nous arrêtons sur l’aire de Falesia n° 24210, très belle aire récente avec des emplacements gravillonnés, délimités, avec eau et électricité, plus wifi pour 8 €. Une adresse à retenir.





Et en plus un chemin traverse la  pinède jusqu’à  la mer. Toujours un escalier de bois. Belle et large plage bordée de falaises ocre rouge. Nous y passons  l’après-midi car le soleil est revenu.























45 kms ont été effectués ce jour.


DE FALESIA A FARO



Samedi 20 septembre

Nuit très calme dans cette pinède,il faut dire qu'il n'y a pratiquement personne.
Nous prenons la direction de Loulé, petite ville dans les terres où se tient tous les samedis un marché « gypsy ».
C’est en fait des gitans qui vendent toujours les mêmes choses : sous-vêtements, chaussettes, vêtements très bas de gamme, sacs …. pas de fruits ni légumes. Nous sommes déçus et nous expédions le tour en moins d’une heure. C'est typiquement le piège à touristes.
Nous partons ensuite pour la petit ville d’Estoi, non loin de Loulé, pour visiter les jardins du palais du Visconte d’Estoi. Le balisage n'est pas top. Nous tournons plusieurs fois dans le village. La rue du palais est trop étroite pour engager le camion, donc on va se garer sur un parking un peu plus loin.
Ce palais, racheté par la municipalité,  est désormais transformé en pousada(hôtel) de luxe mais on peut visiter gratuitement une grande partie des jardins, l'autre partie non visitable est réservée aux clients .Ce qui est surprenant,c'est qu'il faille traverser l'hôtel pour les rejoindre et ce qui nous permet d'entrevoir de belles pièces décorées avec raffinement.
Les jardins ont dû être beaux à une époque mais ils souffrent d’un manque d’entretien néanmoins nous passons un agréable moment.


Un des salons de l'hôtel













vue du palais côté jardin


Un boudoir pour méditer au détour d'une allée... 






















































Après le déjeuner, nous partons pour Faro qui n’est pas très loin. Nous nous garons en centre ville car le samedi après-midi et le dimanche c’est gratuit.

Au contraire d'Albufeira la ville dégage une certaine tranquillité. Nous déambulons dans les rues piétonnes bien sympas, le minuscule centre historique à l’intérieur des remparts et la marina à l’extérieur. 
Sur le parvis de la cathédrale il y a foule pour assister au mariage.






Les cigognes, beaucoup de cigognes nichent sur les toits des édifices. C’est la première fois que nous en voyons autant dans les nids.

























Nous n’avions pas prévu d’aller si vite en visite, ou alors nous saturons, aussi nous partons pour Praia de Faro.
La lagune de Rio Formosa s’étend de Faro à Vila Real de San Antonio. Elle est protégée par un alignement de cinq îles tout en long, parallèles à la côte.
Nous arrivons à Praia de Faro par le pont qui traverse la lagune. Dur dur de trouver une place.
L’extrémité orientale de l’ île est habitée par des pêcheurs aux maisons basses. Certaines construites en matériaux de récupération. C'est bien, l'île n'est défigurée par les "buildings".

























    


De l'autre côté, les maisons sont plus classiques. Certaines font face à la lagune, d’autres à la mer.
Nous passons deux heures face à l’océan mais les nuages nous cachent souvent le soleil.

























Nous reprenons le fourgon et retournons au grand parking de Sao Francisco au pied de la vieille ville (aire n°6228) .
Ce ne sera pas le calme de la nuit précédente car nous avons les voitures, la ligne de chemin de fer et les avions qui atterrissent jusqu'à environ 23h. Vaste programme pour cette nuit.

Ils frôlent les toits ....
Vue du parking par la vitre du camion

































76 kms ont été effectués ce jour


DE FARO A ALTURA




Dimanche 21 Septembre

Finalement la nuit a été calme. Les trains et avions n’ont repris du service qu’à 7h30, heure de notre lever.
Si nous avions la même liberté en France car ,au réveil, voici ce qu'il y avait derrière nous:



Nous partons pour  Olhao, ville voisine. Nous  sommes bloqués par une course de vélos et une à pied, comme à Lisbonne. Les rues sont coupées et nous faisons un grand détour pour arriver au centre ville. C’est une petite ville tranquille au bord de la lagune avec des barques de pêcheurs et un mercado en briques rouges sur le quai. Mais nous sommes dimanche et tout est fermé.
Les tours en briques du mercado


Elle a été très cool à prendre la photo


Vue sur la lagune Da Ria Formosa










































Nous nous baladons un peu puis nous reprenons le fourgon pour Pedras d’el Rey, juste avant Tavira.
C’est le départ du petit train qui traverse la lagune pour Praia de Baril. Nous nous garons dans la rue le long de la lagune, comme tout le monde,  car le parking est minuscule.
Nous prenons nos billets (4.80 € A/R) et nous montons dans le petit train tiré par une vraie loco miniature. Nous roulons pendant dix bonnes minutes à travers la lagune, espace protégé où vivent bon nombre d’oiseaux et autres bestioles. Il est possible aussi de rejoindre la plage à pied en suivant la voie.
Vue sur le Forty


Passerelle pour accéder au petit train


Le petit train touristique


Vue du rivage


Le cimetière aux ancres


La plage sans constructions à perte de vue
























































L’île ressemble à Praia de Faro, longue bande de sable ourlée de dunes. A la descente du train il y a un ou deux restaurants, quelques plagistes avec transats et parasols mais dès qu’on s’éloigne un peu il n’y a plus personne. 
Un curieux cimetière d’ancres marines est planté devant les restaurants. 

Nous nous installons à 11h30, le soleil brille, nous pensons passer une bonne journée.
A midi quelques nuages arrivent. Nous pique-niquons avec un oeil sur le ciel.
Les premières gouttes nous surprennent, nous nous réfugions sous le parasol. Nous laissons passer l’averse. Nous repartons sur nos serviettes quand une deuxième averse s’annonce, le tonnerre gronde et le ciel devient très noir sur la mer. Nous plions rapidement bagages et fonçons vers le train qui est à quai. 
La pluie commence à bien tomber. Nous arrivons juste au fourgon quand l'orage arrive. Il est 14h.
Nous n’aurons pas réussi une seule fois à nous faire une journée plage complète grrr..

Dépités, nous allons directement à Tavira, plein centre puisque les parkings sont gratuits le dimanche. A peine arrivés nous essuyons de nouveau un  gros orage qui nous cloue une bonne heure dans le fourgon.
Nous longeons la lagune et ses bateaux. Les restaurants et boutiques sont tous fermés. Nous faisons un tour rapide de la ville. Tout est triste quand il pleut.






Le jardin de la citadelle











































Nous allons dormir à Altura sur l’aire cci 6216, (pas de services). C'est un grand parking de terre derrière la dune et la mer.
Au bout de l’autre parking voitures, il y a une vidange pour les cassettes.




Pour notre dernier soir au Portugal nous mangeons une Cataplana de Tamboril (lotte)  au restaurant de plage  O Pescador. 



La cataplana est le récipient de cuisson mais on utilise le même terme pour les aliments cuisinés.
Les gambas, coques palourdes, lotte, tomates, poivrons, fenouil, pomme de terre cuisent doucement  dans cette "coque"fermée. C’est excellent.
 35 € pour 2, vin et café compris.



Aucune connexion wifi sur l’aire.
Antenne TV 814
54 kms ont été effectués ce jour.

Lundi 22 septembre

Nous devions partir ce matin pour Séville mais nous décidons de rester une journée supplémentaire.
Ce sera donc journée plage. 
Nous faisons un tour dans la ville. En cette fin d'été, nous l'avons constaté dans d'autres villes également, c'est comme chez nous les villes sont un peu endormies et l'activité décline.
Nous partons à la plage à 11h3O avec le pique-nique. Ciel bleu et soleil, la journée va être sympa.
Baignade bien vivifiante et il y a peu de vagues. A midi le vent se lève, nous installons les joues au parasol. De gros nuages noirs arrivent. Nous commençons à connaître la chanson. Nous mangeons tout de suite. Le vent est de plus en plus fort  mais il pousse les nuages vers les terres. On entend le tonnerre au loin. Juste un répit de 45 mn et les nuages reviennent en force. Nous plions bagages. La journée plage se solde à 3 heures sur le sable !























Nous rentrons au fourgon vite-fait avant l'orage. Heureusement la dune protège bien des rafales du vent.
Côté positif, nous avons le temps de mettre à jour notre compte-rendu.
Nous rangeons le fourgon car demain nous partons de bonne heure pour Séville.







Ainsi s'achève notre périple au Portugal 




Suivez-nous pour notre retour par l'Espagne.




De Altura à Vertou via Séville




D'ALTURA A SEVILLE 




Mardi 23 septembre

Nous nous levons tôt, 5h30 heure portugaise. Nous passons la frontière  sans nous en apercevoir.  Nous revenons à l’heure française donc une heure de plus.
Nous arrivons à 8h35 à Séville.  Nous ne voulons pas prendre de risques par rapport aux vols aussi nous allons sur l’aire cci n°  22672. Elle est  dans la zone portuaire au bout d’une route délabrée qui conduit à un parking pour voitures. 















Mais elle est gardée nuit et jour. C'est 15 € la nuit avec électricité et dans le bâtiment de la réception, wifi, douches chaudes et wc.
Un conseil,ne pas hésiter à se mettre au fond de la zone camping-car car,il y a beaucoup de camions de toute nature  qui stationnent à l'entrée du parking donc pas mal d'allées et venues .

La réception nous donne un plan de la ville et le chemin pour nous y rendre.

Nous partons à pied en passant par le pont de Las Délicias. L'aire est à 30 mn à pied de la place d’Espagne et à 45 mn de la cathédrale. Le trajet se fait agréablement  car on peut longer le Guadalquivir ou traverser les jardins.
Nous  commençons par l’Alcazar qui ressemble en plus petit à l’Alhambra de Grenade.
















Comme dans tous les jardins "maures" l'eau est à profusion apportant fraîcheur et quiétude.








Nous visitons ensuite la cathédrale.








 





















tombeau de Christophe Colomb


L






Les richesses sont rassemblées dans la salle du trésor.










Adossée à la cathédrale, la Giralda est l'ancien minaret de la Grande Mosquée. Elle culmine à près de 76 mètres de haut. On y monte par une rampe en colimaçon avec des paliers. La tradition populaire prétend que c'était pour que  le muezzin âgé y monte à dos de mule.



les toits de la cathédrale vus de la Giralda

 Nous nous baladons ensuite dans le quartier piétonnier de Santa Cruz.

Séville sans le flamenco et ses costumes ne serait pas Séville






Le parasol de l'architecte Jürgen Mayer-Hermann

Balade à l'ombre









Nous déjeunons près de l’Alcazar et reprenons notre chemin vers la place d’Espagne entourée du parc de Maria Luisa.
L'édifice,la place et ses canaux ont été édifiés pour l'Exposition Ibero-américaine de 1929.






Mercredi  24 septembre





Ce matin nous partons pour le quartier Triana qui se trouve sur la même rive que nous. Nous admirons les façades et patios ornés de céramiques.































Nous longeons le Guadalquivir et allons jusqu’au marché couvert où nous prenons un vrai chocolade con churros.

Nous changeons de rive, en traversant par le pont Isabel  II, pour visiter la superbe église San Salvador (billet couplé avec celui de la cathédrale).

































Nous déjeunons dans un petit restaurant d'une rue piétonne. La pause est la bienvenue car il fait chaud et nos jambes sont bien fatiguées.


Nous visitons le musée des Beaux-Arts établi dans un ancien couvent. Nous admirons les sculptures et les collections de peintures. Un vrai régal.














Nous terminons par la visite des arènes.

.

Les travées à l'ombre sont plus chères que celles exposées au soleil

La tribune royale






















Nous  revenons doucement par le pont San Telmo. Il est 19h, il fait 32 ° en plein soleil. 












Nous préparons le fourgon pour le départ demain matin.





DE SEVILLE A ALAEJOS



Jeudi 25 septembre

Nuit calme.
Nous  prenons l’autopista gratuite. Nous arrivons à Salamanque sur l’aire 7066. C’est en fait un vulgaire parking, très sale,  sous le pont Sanchez Fabrès près du terrain de foot. Le seul avantage c’est qu’il est à 10 mn à pied de la vieille ville.
 Nous déjeunons et partons aussitôt. Le temps est nettement plus frais.


On peut se garer de l'autre côté mais sous le pont cela peut être très boueux






























 Nous visitons les deux cathédrales l’ancienne et la nouvelle qui n’en font qu’une en fait. 
 8 € .















Nous visitons ensuite l’université. Nous sommes un peu déçus après avoir visité celle de Coimbra. Néanmoins de belles salles même si l'approche nous en est interdit. La bibliothèque n’est pas visitable. Nous trouvons l'entrée (10 €) chère pour la visite.







































Au dessus du portail d’entrée nous cherchons, comme tout le monde, la grenouille posée sur un crâne.  La tradition veut que celui qui la voit, réussisse son année scolaire.


La façade de l'université.


La voici !

Nous passons devant la casa de las Conchas ; ce sont des coquilles Saint-Jacques en ciment collées sur la façade de la maison. Celle-ci est maintenant transformée en bibliothèque.




























Nous terminons enfin par la plazza Mayor, superbe et immense place, vide en son centre, avec des cafés sous les arches.




.






















Nous revenons au fourgon, il fait frais, à peine 20°.
C’est vraiment l’aire la moins agréable de tout notre séjour.
Après réflexion, nous reprenons la route  pour nous arrêter sur un parking dans le village d' Alaejos avant Valladolid.



 524 kms ont été effectués ce jour

DE ALAEJOS A AIRE DE LUGOS EST 



Vendredi 26 septembre

Après le passage des tracteurs et camions revenant des champs, la nuit a été calme.
Nous avons eu froid pour la première fois depuis bien longtemps et le duvet supplémentaire a été le bienvenu. Quand nous partons, à 8h, il fait 9°.
Nous passons sans encombre Valladolid, Burgos mais ensuite nous sommes ralentis par une série de travaux d’élargissement de la chaussée et nous roulons au pas pendant 45mn. 
Le temps n’est pas fameux ; nous sommes la  plupart du temps dans une vraie purée de pois.
Nous arrivons par l’autopista à San Sébastian et comme à l’aller, au rond point, nous tombons sur le péage : 1.13 €. Ce doit être une taxe forfaitaire car on ne peut pas y échapper. (à l’aller, on avait rebroussé chemin et passé par Hernani).
Arrêt dodo sur l’aire de Lugos Est avant Bordeaux car la nuit arrive et nous sommes bien fatigués.

 615 kms ont été effectués ce jour.

DE AIRE DE LUGOS EST A VERTOU



Samedi  27 septembre

Nous reprenons la route à 7h30, il fait 7°.
Nous passons Bordeaux sans problème, puis Angoulême, Poitiers et nous arrivons à Vertou à 13h4O.

 450 kms ont été effectués ce jour.

Ainsi s’achève notre périple.
Nous avons fait 5 133 kms.

    Principales dépenses:
    Gaz-oil: 650€
    GPL : 13€
   Camping et aires: 142€













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Veuillez conserver un langage correct et une écriture claire pour vos messages.